Robert Debré était mon grand-père. Et j’ai eu la chance d’être très proche de lui dans sa vieillesse, à l’époque où il se définissait comme « probablement celui, au monde, qui a soigné le plus d’enfants »

«Entreprendre toutes études et toutes recherches»

Le soutien à la recherche était pour lui une priorité absolue, afin de faire avancer encore et toujours la connaissance et la qualité des soins. Par le laboratoire SESEP il a soutenu et fait progresser la virologie (polio puis rubéole) et la génétique prénatale. Par le centre d'Antony, la recherche et l'innovation en matière de rééducation motrice du tout-petit. Notre engagement actuel dans la recherche sur le handicap moteur est dans la droite ligne des objectifs de l’association.

« Assurer la diffusion des méthodes »

En même temps que la SESEP il avait fondé le Centre International de l’Enfance, première structure historique pour l’aide et surtout la formation des personnels médicaux et paramédicaux en pédiatrie dans les pays émergents, au premier rang desquels ceux d’Afrique. Sur sa tombe en Touraine, une seule plaque posée sur la pierre : « les femmes et enfants d’Afrique Noire au Professeur Debré ». J’ai le sentiment de poursuivre en la développant une œuvre de plus de 60 ans.
Rien ne se fera sans vous. Nous avons besoin de professionnels de la rééducation motrice de l’enfant qui veulent bien donner de leur temps. Nous avons besoin de votre aide financière, même un petit don de quelques euros nous encourage et ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.

 Jeanne-Charlotte Carlier