Appel à projets pour le transfert applicatif des résultats de la recherche dans la rééducation motrice de l'enfant

APPEL a Projets SESEP 2024

Appel à projets pour le transfert applicatif des résultats de la recherche dans la rééducation motrice de l’enfant 2024

Notre appel à projet pour le transfert applicatif ¹ des résultats de la recherche dans la rééducation motrice de l’enfant, élaboré en partenariat avec le Pôle Recherche et Innovation de la Fondation Ellen Poidatz, a pour objectifs de favoriser :

 

La mise en œuvre des résultats de la recherche et des recommandations de bonnes pratiques nationales (HAS) ou internationales (OMS, Sociétés savantes)

 

L’actualisation, l’innovation dans les pratiques

 

La validation externe ² des résultats scientifiques

 

La mise en application de protocoles déjà validés

 

 

 

 

 

¹ Le transfert applicatif consiste à favoriser la mise en œuvre sur le terrain au quotidien, avec les enfants, des résultats de la recherche.

² La validation externe consiste à mener des études de réplications

Qui peut postuler ?

Toute équipe soignante médicale et paramédicale en structure sanitaire ou médico-sociale intervenant en milieu hospitalier (public/privé), en institution ou à domicile et proposant une rééducation du handicap moteur dorigine neurologique de l’enfant (SESSAD, CAMPS, IEM, CRF, CHU, IME …).

Deux projets seront sélectionnés et le montant apporté sera de 10 000 euros par projet. Ceux des équipes émergentes ou en développement dans leur démarche d’innovation seront encouragés.

Les dossiers seront étudiés et évalués par un comité d’experts tripartite associant expertise médicale et rééducative, expertise scientifique et expertise managériale.

Candidature à adresser à appelaprojet@sesep.org avant le 31 Juillet 2024 à minuit

Comité de Sélection de l'Appel à Projet SESEP

Eric DESAILLY

 

Président du comité de séléction de l’Appel à Projet Sesep

Directeur du Pôle Recherche & Innovation de la Fondation Ellen Poidatz

Membre du Conseil d’Administration de la SESEP – en charge de la commission recherche

Brigitte SIMON-BOUY

 

Directrice du laboratoire SESEP de 1991 à 2011 (Château de Longchamps – Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines Centre Hospiltalier de Versailles)

 

 

Practicien hospitalier au centre Hospitalier de Versailles depuis 2012

Carole VUILLEROT

 

Professeur des Universités – Practicien Hospitalier, Service de MPR pédiatrique L’Escale – Hospices Civils Lyon
 
Membres du Conseil d’Administration de la SESEP

Caroline TEULIER

 

Maître de Conférences à la Faculté des Sciences du Sport de l’Université Paris-Saclay MCF, laboratoire CIAMS, Faculté des Sciences du Sport

Christelle PONS

 

Médecin MPR, SSR pédiatrique,  Fondation ILDYS
 
Enseignante chercheur, MCU-PH, Université de Bretagne Occidentale – CHU Brest

Michèle BARON

 

Directrice CAMSP (Chatillon-Boulogne-Chatenay-Malabry)
 
Vice-Présidente de l’ANECAMSP
 
Membre du Conseil d’Administration de l’Association Les Toupies Paris 12ème
 
Membre de la commission Enfance de l’UNIOPSS
 
Membre du Conseil d’Administration de l’Association Parental, Brest

Nathalie CHAUVEAU

 

Cadre de rééducation, UGECAM, Montreuil, Île de France
 
 

Odile BOESPFLUG-TANGUY

 

Professeur des Universités, Practicien Hospitalier, Neuropédiatre à l’hôpital Robert Debré
 
Directrice de L’Institut I-Motion
 
Présidente du Conseil scientifique de l’AFM-Téléthon
 
Directrice du centre de référence des maladies neuromusculaires d’Auvergne

Philippe TOULLET

 

Assistant Pédagogique – Institut Motricité Cérébrale

Kinésithérapeute auprès d’enfants et d’adultes Paralysés Cérébraux (1980-2008)

Rédacteur en chef de la revue Motricité Cérébrale


Rachel BARD-PONDARRE

 

Ergothérapeute, Centre des Massues – Croix Rouge française à Lyon
 
Experte dans l’évaluation de la fonction bi-manuelle, les indications des traitements (toxine, chirurgie…) et la mise en oeuvre des thérapies intensives

Les Lauréats de l'appel à Projet Sesep 2023​

La sélection des dossiers de candidature déposés dans le cadre de l’Appel à projets 2023 est finalisée. Nous sommes heureux d’annoncer les lauréats de cette année. Félicitations aux 2 lauréats qui ont été sélectionnées par le comité d’experts de la SESEP.

Projet 1 :    Caractéristiques et optimisation métrologiques de l’évaluation sur tablette de l’écriture (COMETE)

 

Structure : Fondation ILDYS

 

Directrice de la structure : Héléne Blaize

 

Responsable porteur du projet : Ludovic Miramand

 

Résumé :
Environ 30% des enfants présenteraient des difficultés d’apprentissage de l’écriture et pour 10%, celles-ci persisteront. L’apprentissage de l’écriture est déterminant pour la réussite scolaire et l’estime de soi. Actuellement, l’identification des difficultés d’écriture est tardive et repose initialement sur les observations des enseignants ou des parents. Puis, des bilans cliniques standardisés peuvent être réalisés pour évaluer les caractéristiques statiques de l’écriture (p. ex., BHK) et les difficultés associées (p. ex., coordination). Cependant, les résultats à ces bilans varient entre les évaluateurs et ne sont pas répétables, limitant le suivi des progrès des enfants. Les tablettes numériques permettent de mesurer de nouveaux paramètres comme le mouvement du tracé et la pression sur l’écran. Plusieurs études ont proposé des évaluations de l’écriture avec des tablettes, identifiant les paramètres les plus pertinents en comparaison à des bilans cliniques ou des questionnaires remplis par les enseignants. Ces comparaisons limitent l’évaluation à des enfants scripturaux (sachant écrire). De plus, bien que les paramètres issus des tablettes ne dépendent pas de l’évaluateur, leur intérêt dans le suivi des enfants est inexploré. Enfin, en utilisant des formes graphiques ces évaluations pourraient s’étendre à des enfants préscripturaux (ne sachant pas encore écrire). L’objectif principal de cette étude est de proposer une nouvelle méthode d’évaluation de l’écriture sur tablette validée en comparaison aux évaluations des thérapeutes et des enseignants. Les objectifs secondaires sont d’étudier chez les enfants scripturaux si entre deux évaluations les paramètres mesurés (1) sont les mêmes (2) identifient les difficultés et (3) chez des enfants préscripturaux le lien entre les paramètres mesurés en reproduisant des formes et la coordination. Valider une évaluation de l’écriture auprès de différents intervenants autour de l’enfant faciliterait leur communication. L’utilisation de listes de mots aléatoires adaptées à l’âge de l’enfant permettrait le suivi des enfants.
Pour cela, cent enfants scripturaux seront recrutés (50 sans difficulté d’écriture et 50 avec), et 50 enfants préscripturaux. Les enfants scripturaux (CP à CE2) recopieront aléatoirement deux listes de mots lors de deux évaluations de 5 minutes. Les enfants préscripturaux (grande section) recopieront aléatoirement des formes pendant environ 5 minutes. La coordination de tous les enfants sera évaluée par les parents. Pour les enfants scripturaux l’écriture sera évaluée par l’enseignant avec un questionnaire. Pour les enfants scripturaux pris en soin pour ces difficultés d’écriture, le score du BHK sera demandé au thérapeute. Chez les enfants scripturaux, une comparaison sera faite avec l’évaluation de l’enseignant et du thérapeute, et la répétabilité des paramètres mesurés par la tablette seront évaluées statistiquement. Chez les enfants préscripturaux, une corrélation sera faite entre les variables issues de la tablette et la coordination. Les perspectives seraient de proposer apprentissage de l’écriture individualisé reposant sur la caractérisation de l’écriture de chaque enfant.

Projet 2 : Jeux sérieux visant à améliorer le contrôle moteur d’enfants paralysés cérébraux (MyoHero Kid)


Structure : CHU de Rennes

 

Directeur de la structure : Nicolas Mevel

 

Responsable porteur du projet : Sebastien Cordillet

 

Résumé :
La paralysie cérébrale est le handicap moteur le plus courant chez l’enfant. En France, elle touche chaque jour 4 nouveaux nés soit une naissance toutes les 6 heures. Aujourd’hui, elle affecte à vie 125000 personnes en France et 17 millions dans le monde. Elle est la conséquence de lésions irréversibles altérant le développement du cerveau du bébé pendant la grossesse ou autour de la naissance. Ce handicap se traduit par un ensemble de troubles moteurs plus ou moins graves qui peuvent aller d’une légère difficulté à marcher à une paralysie totale des 4 membres. Les cellules du cerveau ne se remplacent pas, c’est pourquoi la paralysie cérébrale est un handicap permanent. Grâce à la science, des progrès majeurs ont été fait ces dernières années dans la prévention des lésions comme dans la rééducation mais il reste beaucoup à faire. L’intensification de la prise en charge est une méthode efficace pour améliorer la motricité des enfants mais sa mise en place est parfois difficile dans les centres de rééducation. D’un autre côté les jeux de rééducations ont aussi montré leur efficacité en particulier pour améliorer la marche et l’équilibre.
Le projet myohero kid a pour objectif d’intensifier la prise en charge des enfants en leur proposant à la fois de se divertir avec des jeux amusants tout en réalisant des exercices de rééducation sans augmenter la pénibilité du programme de rééducation. Cette innovation est possible en utilisant la contraction musculaire pour contrôler le jeu. La commande par contraction musculaire à l’avantage de pouvoir être utilisée même si l’enfant n’est pas capable de réaliser des grands mouvements et grâce aux progrès scientifiques les capteurs nécessaires sont maintenant sans fil et très légers ce qui permet de les utiliser n’importe où. Et justement, avec le projet myohero, la rééducation peut se faire ailleurs que sur un grand plateau technique de rééducation ou dans une salle exiguë de laboratoire. Nous souhaitons tester la solution dans les salles de vie de centres de rééducation pour voir si les enfants ont envie de jouer aux jeux de rééducation. Pour développer des jeux attrayants pour les enfants, nous allons évaluer lors de cette étude, la motivation des enfants quand on leur propose différents jeux auxquels on peut jouer seul ou à plusieurs. Nous allons aussi voir quand les enfants jouent à plusieurs s’ils préfèrent les jeux d’affrontement ou ceux de coopérations.

Les Lauréats de L'Appel à Projet SESEP 2022

La sélection des dossiers de candidature déposés dans le cadre de l’Appel à projets 2022 est finalisée. Nous sommes heureux d’annoncer les lauréats de cette première itération. Félicitations aux 2 lauréats qui ont été sélectionnées par le comité d’experts de la SESEP.

Projet 1 : Mise en application des thérapies intensives recommandées par la HAS sur la Paralysie Cérébrale dans le cadre d’un accompagnement en milieu ouvert

 

Structure : SESSAD APF France handicap 14

 

Directrice de la structure : Béatrice Langlois

 

Responsable porteur du projet : Anne Fouetilou

 

Equipe : Sabrina Chenevrel, Marielle Delatour, Romain Lehallier, Nathalie Meesmaecker

 

Résumé :

La Paralysie Cérébrale (PC) est la déficience motrice la plus fréquente chez les enfants (1). Avec ses nouvelles recommandations sur la rééducation et la réadaptation de la fonction motrice chez l’enfant atteint de PC, la HAS bouleverse la représentation des familles concernant l’accompagnement de leur enfant (2,3). Il s’agit également d’une révolution pour les professionnels de soins qui doivent réfléchir autrement leur accompagnement. Le suivi hebdomadaire tel qu’il s’effectue actuellement ne semble plus convenir totalement et se doit d’être repensé avec une intervention plus soutenue sur une période déterminée (2,4).

L’objectif de ce projet est de mettre en place un stage de rééducation intensive pour les enfants atteints de PC dans le cadre particulier de la prise en charge en SESSAD, afin de gagner en compétences motrices sur des tâches fonctionnelles ciblées.

La particularité de fonctionnement du SESSAD 14 APF France handicap est d’articuler l’intervention médico-sociale autour de la réalité du quotidien de l’enfant. Celle-ci, en raison de la dynamique inclusive, s’organise principalement autour de la scolarité et de ses contraintes.

Ce projet consiste à déterminer 3 objectifs co-construits entre l’enfant et sa famille. Un stage de 42h de rééducation sur 6 jours est mis en place afin de travailler sur les activités/tâches déterminées dans un contexte écologique. La rééducation intensive s’organise autour d’ateliers ludiques et valorisants, construits par l’équipe pluridisciplinaire du SESSAD. La semaine suivante, les tâches travaillées sont appliquées par l’enfant à son domicile, sous la surveillance du binôme de professionnels. Les enfants sont évalués avant le stage, en fin de stage, à 1 mois après une « fenêtre thérapeutique » et enfin à 3 mois : il paraît essentiel de voir si le gain est maintenu dans le temps avec une pause d’accompagnement rééducatif et éducatif.

Une approche à la fois rééducative avec des professionnels du soin mais aussi soutenue par le regard d’une équipe éducative permet un accompagnement global, complet et complémentaire qui favoriserait la réappropriation de gains moteurs dans le quotidien de l’enfant.

Dans ce projet, le souhait de l’équipe est d’être au plus proche des conditions de vie de l’enfant avec des mises en situation qui permettraient de se projeter dans un environnement matériel semblable à celui dans lequel il évolue au quotidien (école, domicile…). Il en est de même pour son environnement humain où l’ensemble des informations et des gains ou contraintes fonctionnels seront présentés aux différents intervenants (famille, professionnels…).

La finalité de ce projet est d’ajuster les nouvelles recommandations de l’HAS avec une réelle dynamique d’accompagnement de type SESSAD dans la temporalité de l’enfant. Un projet d’équipe et une mise en commun des compétences individuelles autour d’objectifs ciblés, sur un temps réduit, auraient un impact positif sur les capacités fonctionnelles de l’enfant.

Projet 2 : Projet TIPS-PC : Dispositif régional innovant pour l’intégration des Thérapies Intensives dans le Parcours de Soin des enfants PC : HABIT-ILE et guidance parentale

 

Structure : L’ESCALE, service de Médecine physique et réadaptation pédiatrique – Hôpital Femme Mère Enfant – GHE, Hospices Civils de Lyon

 

Directrice de la structure : Carole Vuillerot

 

Responsable porteur du projet : Denis Jacquemot

 

Equipe : Pauline Crepin, Guillaume Bertrand, Charlotte Lernout, Anne Berruyer

 

Résumé :

Ce projet sera porté par l’ESCALE, service central de rééducation de l’hôpital femme-mère-enfant des hospices civils de Lyon.

Notre service propose depuis 3 ans des séjours de rééducations HABIT ILE (thérapie bimanuelle intensive incluant les membres inférieurs) qui font partie des dernières recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS). Cette thérapie s’adresse à des enfants présentant une paralysie cérébrale qui souhaitent améliorer leur capacité à réaliser des activités de leur vie quotidienne. Lors des premiers séjours mis en place, nous avons pris conscience de plusieurs freins. Ils sont souvent déconnectés du parcours de soin de l’enfant. L’approche thérapeutique est nouvelle et peu connue des thérapeutes de proximité. Enfin, certaines familles ont pu être en difficulté pour accompagner les enfants après le séjour dans la réalisation des activités et le maintien de leurs acquis.

A partir de ces enseignements, nous souhaitons porter un projet innovant en associant un séjour HABIT ILE à un accompagnement des parents sous forme de guidance / coaching à distance des séjours. Cette action s’effectuera en lien direct avec les thérapeutes de proximités afin de favoriser le transfert de la modalité d’accompagnement.

Par cette approche associant séjour HABIT ILE et Accompagnement Parental, nous souhaitons évaluer l’impact sur les points suivant :

    • Ce modèle d’intervention est-il réalisable et duplicable à un contexte de soin courant ?
    • Les familles accompagnées se sentent elles plus confiantes dans leurs capacités à accompagner leurs enfants ?
    • Les enfants et familles accompagnées sont-ils satisfaits de ce type de suivi ?
    • Ce modèle permet-il de soutenir la transmission et les échanges de compétences entre les équipes de proximités (libéraux/structures…) et les équipes référentes afin de soutenir la diffusion des pratiques recommandées par l’HAS ?

Pour cela, nous mettrons en place un protocole qui durera 1 an. La 1ère phase comprend l’élaboration des modalités de guidance parentale, l’information aux structures accueillant les enfants PC pour procéder à leur inclusion. Une 2e phase correspond à la rencontre des enfants et des familles lors d’une évaluation initiale afin d’élaborer avec eux les objectifs entrainés durant le séjour, et évaluer les capacités motrices de l’enfant. La 3e phase correspond au séjour HABIT-Ile en Avril 2023, incluant l’évaluation post-stage. Il s’en suivra la 4e phase avec une période de guidance parentale de 6 mois grâce à un dispositif de téléconsultation. Parallèlement, un dispositif de réunions pluridisciplinaire avec les équipes de proximité permettra de développer la coordination pour favoriser la cohérence du parcours de soin de l’enfant.

Lors de la 5e phase, une évaluation basée sur une méthodologie de recherche qualitative et quantitative sera menée. Elle permettra d’évaluer rigoureusement les bénéfices pour l’enfant, le vécu des familles et l’impact sur l’organisation des soins.